Covid : la situation des moto-clubs régionaux

Publié par Le Stagiaire le jeudi 25 février 2021 à 09:00

Les grosses compétitions et organisations font face à la crise du Covid mais qu’en est-il des petits clubs régionaux qui entretiennent la passion du motocross ? On enquête.

À Herbault (41), Benjamin Godeau, président du moto-club de Mesland-Herbault, subit une année à double voire triple tranchant. Comme après chaque hiver, il organise en mars la 1ère course de la saison pour la Ligue du Centre. Même si la météo est rarement de son côté, les pilotes sont toujours au rendez-vous. C’est le premier rassemblement de l’année. Personne ne le raterait pour rien au monde. Au programme, il y a du vrai motocross dans la boue. En 2020, les conditions météo étaient pires que d’habitude. Repoussée à cause du terrain inondé et finalement annulée à cause du premier confinement, la course n’a jamais eu lieu au détriment de tous.

Pas facile
Benjamin avait pourtant avancé tous les frais nécessaires à la préparation de l’événement. La grille affichait complète. Heureusement, la plupart de ses sponsors, souvent des connaissances et des passionnés mais surtout une partie importante des retombées pour le club, n’ont pas demandé de remboursements. La mairie a également décidé de ne pas annuler la subvention pour cette année. Un petit soulagement malgré les difficultés financières qui s’annoncent. Le troisième tranchant pour ce club est intervenu au moment de l’homologation du terrain obligatoire tous les 4 ans. Le président n’a pas d’autres choix que de faire les travaux avant même d’espérer une réouverture pour les entraînements prévu en mai 2021.

Pour le moto-club de Cloyes-sur-le-Loir, la course était prévue fin juin 2020. Dany Halgrain, son président, avait déjà enclenché la procédure pour monter le dossier car il faut s’y prendre un an à l’avance. Il ne constate pas de perte financière car contrairement à son confrère; son épreuve a été annulée en mai avant que des dépenses ne soient engagées. Dany a néanmoins perdu des sponsors et des cartes de membres pour le club. Il a aussi dû faire une croix sur les deux loteries qu’il organise annuellement pour amortir les coûts mais surtout et avant tout pour faire perdurer cet esprit de convivialité autour du moto-club. Vice-président à ses débuts en 1987 et président depuis 1989, Dany Halgrain est connu dans la région et sur les terrains ce qui lui vaut des aides de la mairie, commune et circonscription ainsi que certains sponsors. À noter qu’il n’a reçu aucune aide de la Fédération Française de Motocyclisme (FFM). Les deux clubs auront tout de même réussi a organiser quelques entrainements durant 2020 entre deux confinements. Ils devraient reprendre fin février 2021 pour Cloyes et en mai 2021 pour Herbault si le Covid le permet. Les courses devraient avoir lieu le 18 juillet 2021 sur le terrain de Dany Halgrain mais seulement en mars 2022 pour Benjamin Godeau.

Au final
Malgré toutes les difficultés que les deux présidents traversent, ils ont assuré qu’ils n’augmenteraient pas les prix. Cela serait injuste vis-à-vis des pilotes et pas dans l’esprit du motocross qui est avant tout une passion. Si la situation sanitaire ne s’améliore pas et que la vie sportive ne retrouve pas son cours normalement, malgré qu’ils aient souvent une organisation d’avance, cela va devenir compliqué de faire tourner les clubs et surtout d’organiser des courses faute de budget. Malgré la passion, Benjamin Godeau souhaiterait trouver une relève même si c’est son père qui a crée le club. De son côté Dany Halgrain ne se voit pas quitter le poste de si tôt. Il continuera les entrainements coûte que coûte si jamais il ne peut plus organiser d’événements. Il garde sa fougue de pilote et sa passion pour le sport. Malgré la crise, il souhaite continuer de partager l’esprit de convivialité et les rassemblements entre passionnés sur les terrains qui manquent à tant de monde. En attendant, l’entrée à la course reste gratuite en espérant que les choses reviennent à la normal d’ici juillet. Loin des décisions ministérielles concernant la pandémie, la vie des moto-clubs régionaux est loin d’être facile. Tristement, Cloyes-sur-le-Loir et Mesland-Herbault ne sont que deux exemples parmi tant d’autres dans l’Hexagone…

Par Zoé Guimard.

21 Commentaires

 

Articles

Mode sombre