Elite à Magescq, J-11

Publié par La Rédaction le mardi 21 juillet 2020 à 14:15


Champion MX1 en titre, Maxime Desprey remet cette saison son titre en jeu sous de nouvelles couleurs. Pour l’ouverture du championnat Elite à Magescq (1-2 Aout) il aura fort à faire face à une sérieuse opposition. Plus que quelques jours d’attente, et ils reverront enfin une grille de départ ! Impatients de se reprendre le chemin des compétitions, tous les pilotes ont profité de ces dernières semaines pour préparer cette reprise qui se dessine enfin.

Desprey choisit le #1
On ne saurait dire précisément pourquoi, mais nombreux sont les champions qui refusent de porter le #1 et préfèrent garder leur numéro ‘historique’. Maxime Desprey ne s’est lui pas trop posé de questions pour modifier son traditionnel #141 qu’il portait encore en début de saison en #1 en vue de l’Elite 2020. Passé dans les rangs du team GSM Yamaha, le Bourguignon a affuté ses gammes et repart avec l’objectif de conserver son bien. « Je me sens bien, on a fait beaucoup de sessions d’entrainement avec le team et beaucoup de testing. S’entrainer c’est beau mais cela ne vaut pas la course, j’ai hâte que les courses reprennent. Je me fais vraiment plaisir sur la Yamaha, j’ai bien bossé physiquement, tous les voyants sont au vert avant Magescq, » confie-t-il, serein au sein de l’équipe dirigée par Serge Guidetty.« C’est top d’arriver à Magescq avec la plaque de numéro 1, l’objectif sera bien sûr de la garder et pour cela il va falloir être bon car le niveau de l’Elite est relevé, il va falloir être d’entrée de jeu à 100%. Nous sommes allés nous entrainer une semaine avec le team, on se croirait en Belgique avec des ornières partout ! Le circuit est vraiment top, cela va être une sacrée course physiquement et moralement, » poursuit-il, conscient que cette première étape sera des plus compliquées avec la présence de quelques pilotes de GP comme Jordi Tixier, Jeremy Van Horebeek ou Valentin Guillod.

Tixier sur de nouvelles bases
S’il ne devrait pouvoir disputer l’intégralité du championnat compte tenu de son programme de GP, Jordi Tixier a tenu à être lui aussi présent à Magescq. Si son début de saison a été un peu compliqué, Jordi a vite rebondit en montant avec son père sa propre structure, profitant du confinement pour bien s’organiser en vue de la reprise. « On travaille dur pour être à 100% dès la reprise et on a repris un entrainement plus intensif dès la publication des nouveaux calendriers. On est tous très motivés, on a bien bossé pendant le confinement pour bien nous organiser et nous ferons à Magescq notre première sortie à Magescq en tant que team ; l’objectif principal reste les GP, pour l’instant je ne pourrais faire que Magescq vu le programme des GP mais on s’adaptera vite si le calendrier des GP devait évoluer, » confie Jordi à la fois serein et impatient d’en découdre.

Pour lui comme pour Guillod ou Van Horebeek, Magescq sera une excellente préparation à quelques jours de la reprise des GP en Lettonie, une semaine plus tard. « Il va y avoir un beau plateau à Magescq, ca va être intéressant pour la reprise de la saison. En ce qui me concerne je vais découvrir le circuit, la sable est sans doute différent de celui que je trouve quand je m’entraine en Belgique mais quand tu as la technique sable c’est assez facile de s’adapter. »

Potisek leader du sable
Vainqueur de l’Enduropale du Touquet et vice champion de France sortant, Milko Potisek est référencé comme l’un des spécialistes Français du sable, au même titre que Camille Chapelière et Daymond Martens engagés eux aussi à Magescq début aout. Comme ses collègues, le Nordiste a remis le turbo côté entrainement dès la publication des nouveaux calendriers. « Je me suis remis à l’entrainement intensif en vue de Magescq depuis quelques semaines, ça charbonne ! » annonce d’entrée de jeu l’officiel Yamaha. Pilote #1 de la firme aux diapasons en France, Milko est venu récemment découvrir le circuit Landais.

« Le sable de Magescq n’est pas vraiment celui que l’on trouve sur les plages, mais ça reste du sable qui est mon objectif prioritaire avec Yamaha. J’ai toujours voulu faire du motocross en plus du sable, et l’Elite c’est important pour bien préparer la saison de sable, ça permet de développer sa technique. Je viens à Magescq sans pression, le motocross n’est pas ma priorité et l’an passé cela m’a plutôt réussi puisque je termine vice champion. La compétition m’a vraiment manqué puisque ma dernière course c’était le Touquet, j’ai vraiment hâte d’être à nouveau derrière une grille de départ. »

Un programme de deux jours
Si l’Elite Française (MX1-MX2) en découdra sur la seule journée de dimanche, c’est bien sur deux journées que se déroulera cette épreuve de Magescq. Samedi ce sont en effet les espoirs du cross Français qui seront en action, avec les Espoirs 85 et les Juniors 125. Pour plus d’informations, rendez vous sur https://www.bud-racing.com/fr/training-camp.

(Communiqué de presse Mediacross).


1 Commentaire



  1. Yass

    Gaz Maxou!! tu remets le couvert cette année!!

    Répondre
    1 0