L’Enduro de St Jean de Justine

Publié par La Rédaction le vendredi 3 mai 2019 à 17:23


« La seconde épreuve du championnat de France d’Enduro se déroulait ce samedi 27 et dimanche 28 avril sur les terres mythiques de St Jean D’Angely réputées pour accueillir régulièrement une épreuve du championnat du Monde MXGP. Un mois après l’ouverture de saison à St Palais où je monte deux fois sur le podium, le défi pour moi était de réitérer et confirmer ma progression de l’hiver. Dans des conditions rendues très compliquées par la météo capricieuse, rien n’a été facile. »

« Au départ de la première journée de compétition, je suis un peu tendue mais particulièrement motivée à l’idée de me hisser en haut du tableau. Que ce soit en liaison ou dans chacune des trois spéciales, il n’est pas toujours facile de rester sur ses roues. Les bourbiers sont nombreux, les ornières très profondes et certaines sections restent lisses mais très glissantes. Je ne parviens pas toujours à éviter les erreurs de pilotage. Au premier tour, je chute même dans toutes les spéciales… Heureusement, je ne suis pas la seule. Mon second tour est plus solide puisque je parviens cette fois à rester sur mes roues. Avec un second tour plus serré que le premier (la spéciale en ligne ayant été neutralisée au premier passage), la plupart des pilotes féminines écopent de pénalités au CH3. Redoutant ces « pions » et m’efforçant de garder du rythme en liaison, je limite la casse en ne prenant qu’une minute de retard (6 secondes au réel m’ont manqué pour pointer à l’heure…). Résultat, au moment de faire les comptes samedi soir, je prends la seconde place derrière Justine Martel ! Je suis bien évidemment très heureuse du résultat. Il me permet de reprendre la seconde place au classement provisoire. »

OTB cauchemardesque
« Si la première journée de compétition s’est soldée sur une note plus que positive, la seconde va se retrouver gâcher par une lourde chute survenue un peu avant la fin du premier tour… Alors que je me bats une nouvelle fois pour le podium du jour, j’attaque la SP3 déterminée à sortir un gros chrono. Mes ambitions sont une première fois mise à mal lorsque je me bloque dans un pierrier et laisse filer de précieuses secondes. Ce n’est rien comparé à ce qui m’attend ensuite. En voulant sauter une zone de pneus empilés en entier placés juste avant la sortie de la spéciale, j’accroche la roue arrière et passe par devant la moto la tête la première. Je vole et m’écrase violemment avant de rester quasiment 2 minutes à terre complètement sonnée. Il y avait bien longtemps que je n’avais pas chuté aussi fort. Les traces sur mon casque et la casse occasionnée sur ma moto en attestent. Dans ces conditions, je savais en sortant de là que le podium venait de s’envoler. Dégringolée 8ème, j’ai serré les dents et fait de mon mieux au second tour pour finalement revenir jusqu’à une 4ème place inespérée. Merci à mon assistance de m’avoir soutenue toute la journée et d’avoir trouvé les bons mots pour m’aider à repartir… C’était loin d’être gagné. »
« Après une excellente journée samedi, je suis bien évidemment déçue de rater le podium dimanche et de laisser filer de précieux points pour le championnat. Malgré ça, je repars de St Jean d’Angely entière et limite sérieusement la casse en allant chercher la 4ème place. Comme je l’ai dit plus haut, c’était inespéré pour moi comme pour mon entourage de revenir dans le top 5 après cette chute m’ayant fait perdre 2 minutes en une seule spéciale. Au final, au terme de cette épreuve de St Jean d’Angely, je reste 3ème du classement provisoire à 2 points seulement de la seconde. Avec 3 épreuves encore à disputer, rien n’est encore joué, bien au contraire. Parmi mes petites déceptions du week-end figure mon manque de discernement dans cette SP3 où je chute. Les organisateurs ont fait le choix d’ajouter de la terre en bas de la première rangée de pneus et de modifier cette section du samedi au dimanche pour former un appel. Lorsque je suis allée la repérer samedi soir, rien n’était fait. Je n’ai donc pas pu l’analyser et en parler avec mon entourage. »

Du bon et du moins bon
« Sauter comme j’ai voulu le faire était possible mais cela demandait pas mal de précision et de savoir faire. Il fallait arriver « smooth », mettre une bonne impulsion et accompagner sa moto. En arrivant deux fois trop vite et sans comprimer mes suspensions, je n’avais aucune chance de passer. Dans mon « malheur » je me dit que je suis loin d’être la seule. Des pilotes des catégories Elite ont aussi commis la même erreur. A l’inverse, parmi mes petites satisfactions, je me suis prouvée à moi-même que j’avais suffisamment de mental pour aller au bout des journées plus compliquées et redresser la barre dans des conditions vraiment difficiles. C’est encourageant pour la suite et me motive à redoubler d’efforts. Je repars de St Jean d’Angely avec de nombreux axes de progression. Ma priorité est d’accentuer le travail autour des spéciales en ligne, celles où je suis le moins à l’aise et qui me coûtent toujours cher par rapport à mes principales adversaires. Merci à l’ensemble de mes partenaires de me suivre dans cette 2ème saison d’enduro avec enthousiasme et bienveillance. A très vite pour la suite. »

Justine Geisler. © Images Freenduro.


1 Commentaire



  1. Jerome.S

    Bravo Justine, je ne savais pas que tu roulais…. Jérôme MOTOREX Suisse

    Répondre