« Il était une fois le SX US » (Villopoto)

Publié par La Rédaction le mardi 31 mars 2020 à 18:02

Lui aussi a gagné des titres SX US à la pelle. Ryan Villopoto mérite bien sa place dans le chapitre 6 intitulé « les Champions » du livre « Il était une fois le Supercross américain ». 

Sur le podium de Las Vegas en 2014, Ryan Villopoto se fait remettre son 4ème titre SX 450 et le dernier de sa carrière. Le pilote Kawasaki sourit à peine, serre quelques mains, embrasse sa femme du bout des lèvres. « Défendre quatre titres consécutifs est stressant, explique t-il. J’étais content que ça se termine. J’avais besoin d’arrêter et de faire autre chose. J’aurais pu continuer à rouler, décrocher une 5ème couronne et gagner plus d’argent mais le risque de se blesser était grand. Je voulais fonder une famille et surtout j’avais atteint mes objectifs. Il était temps que j’arrête. J’étais blasé. » Originaire d’un petit village dans l’Etat de Washington, Ryan Villopoto est né dans le motocross : « Mon père et mon grand-père roulaient, raconte-t-il. C’était dans mon sang. Je n’ai jamais demandé à monter sur une moto. Mes parents m’ont poussé parce qu’ils pensaient sans doute à juste titre que je pouvais être bon. A l’âge de 4 ans, ils m’ont offert un Yamaha PW 50 que j’ai utilisé six mois avant de passer sur une 60 cm3. » En grandissant, Ryan se forge une vraie réputation dans les rangs des amateurs gagnant de nombreuses courses avant de passer professionnel à l’âge de 16 ans. Ses débuts en Supercross au sein de l’équipe Kawasaki Pro Circuit de Mitch Payton sont prometteurs : « J’ai toujours été bon en Supercross parce que j’ai grandi en roulant en Arenacross (mini version du Supercross avec des pistes plus petites et des sauts moins longs, ndlr). Je n’étais pas celui qui avait le plus de talent sur une moto mais j’ai beaucoup travaillé. »

4 titres SX d’affilée
Sur la route du succès, Villopoto subit une vie qu’il n’a pas souhaitée. Le rapport avec ses parents se compliquent mais il préfère rester discret sur les tensions familiales qui le déchirent pendant de longues années : « Je n’ai pas eu de jeunesse, je ne suis pas allé au lycée, dit-il. C’est sans doute le prix à payer pour réussir au plus haut niveau. Le chemin a été long avant mon 1er titre SX à Las Vegas en 2011. Je m’étais blessé gravement l’année d’avant, je ne savais pas si j’allais m’en remettre physiquement. Mon 1er titre était un soulagement. » Ryan ne s’arrête pas là pour autant. Avec l’aide d’Aldon Baker, son entraineur personnel, il enchaine 4 titres SX d’affilée battant les pilotes les plus doués sa génération : Chad Reed, James Stewart et Ryan Dungey. La dernière année est un calvaire. La pression est énorme, ses adversaires ne lui laissent aucun répit et il doit attendre la dernière épreuve à Las Vegas pour être couronné. « Tous mes titres SX ont été difficiles, avoue t-il. Lorsque tu es au top tout le monde attend que tu tombes. C’est très stressant de défendre quatre fois un titre. Mon objectif n’a jamais été de battre des records. » Après un passage éclair en Championnat du Monde de Motocross sous la pression de son sponsor Monster Energy, Ryan se blesse lors d’une course en Italie. Il décide alors d’annoncer sa retraite sur son site internet. « La course a toujours été un business pour moi. C’était ma source principale de revenus et le facteur risque est très élevé. J’avais donc prévu de rouler un nombre d’années et d’arrêter pour pouvoir être à la retraite et ne plus jamais travailler. J’étais arrivé au bout de ma route. » Père de jumeaux, Ryan commence une nouvelle vie à la campagne. Celle dont il a toujours rêvé…

Par Stéphan Legrand (avec les Editions Hachette – photos Jeff Kardas/S. Legrand).

 

Palmarès Ryan Villopoto

Pilote américain né le 13/08/88 à Poulsbo (Washington)
4 titres en SX 450 (2011, 2012, 2013, 2014)
41 victoires en SX 450

 

13 Commentaires

 

Articles

Mode sombre