« Il était une fois le SX US » (McCarty)

Publié par La Rédaction le vendredi 10 avril 2020 à 12:30

Dans le livre « Il était une fois le SX américain », le chapitre 9 est consacré aux team managers les plus influents. Après Mitch Payton et Roger DeCoster, il ne faut pas oublier Keith McCarty.

Si Keith McCarty tient les rênes de toute l’activité sportive de la firme Yamaha aux Etats-Unis, il est entré dans l’entreprise dès 1977 comme mécanicien aux côtés de l’américain Bob Hannah. Les outils à la main il a tout gagné avec son pilote et surtout la confiance de ses employeurs. Il se voit rapidement confier la direction de l’équipe officielle de motocross tout en grimpant les échelons petit à petit. Indubitablement, son nom reste associé à celui du pilote vedette auprès duquel il a officié à ses débuts ainsi qu’à une anecdote restée fameuse qui, quarante ans plus tard, est toujours matière à discussion. Lors de la finale du championnat 125cm3 1977 à San Antonio (Texas), Bob Hannah n’est pas encore la superstar qu’il allait devenir. Il ne dispute que sa seconde saison complète mais avait déjà remporté la couronne 125 cm3 l’année précédente s’imposant face à Marty Smith. Cette saison il est engagé sur tous les fronts, 125, 250, 500 cm3 et Supercross. En arrivant à San Antonio, il n’est pas en mesure de conserver sa couronne en 125 cm3 à cause de pépins mécaniques. Son pote Danny Laporte, pilote Suzuki, mène d’ailleurs le championnat depuis l’épreuve initiale.

Un panneau lourd de sens
Toutefois Broc Glover, nouveau venu au sein de l’équipe Yamaha, remporte la 1ère manche et revient alors à cinq petits points du leader. Autrement dit, si Glover gagne la seconde course et que Hannah termine 2ème devant Laporte, ils sont à égalité de points mais Glover remporte la timbale grâce à son nombre plus important de victoires. Les deux Yamaha sont parties en tête mais l’ordre n’est pas le bon : Hannah devance Glover. Les deux pilotes ne s’apprécient guère. Keith McCarty se retrouve dans l’obligation de prendre une décision lourde de responsabilité : il demande à Hannah de laisser passer Glover en vue du drapeau à damiers. Sur son panneau au moment où son pilote passe devant lui il écrit « let Brock bye » (au lieu de « let Broc by » : sans doute était-il tellement gêné qu’il en a commis deux fautes d’orthographe). Hannah s’exécute, Glover gagne et offre le titre à Yamaha. Mais Bob, furieux, quitte le terrain sans repasser par les pits et demeure introuvable pendant une heure. Keith McCarty ne s’est jamais vraiment remis d’avoir dû « trahir » son pilote pour la bonne cause.

Par Stéphan Legrand (avec les éditions Hachette – photos Joe Bonnello).

12 Commentaires

Articles

Mode sombre