Broc Tickle ne lâche rien

Publié par La Rédaction le mardi 15 mai 2018 à 21:13

Il y a du nouveau dans l’affaire Broc Tickle. Accusé de dopage après avoir été contrôlé positif à une substance illicite lors d’un contrôle de routine effectué sur le SX de San Diego le 10 février dernier, le pilote KTM se bat depuis pour laver son honneur. Après avoir fait appel de sa suspension provisoire, l’échantillon B de son urine a été analysé afin de confirmer les résultats de l’échantillon A ou au contraire pouvoir l’innocenter d’ici sa condamnation finale. Les résultats viennent de tomber. Une fois de plus, c’est par le biais de son compte Instagram que Broc a décidé de prendre la parole. « Aujourd’hui, la FIM m’a envoyé un mail pour m’informer que l’analyse de mon échantillon B venait confirmer les résultats supposés de mon échantillon A. Cependant, à ce jour, ni la FIM ni le laboratoire ne m’ont fourni de preuves quant à ces prétendus résultats. En outre, la FIM m’informe que conformément à l’article 3.3.1 du Code Disciplinaire et d’Arbitrage FIM, M. Anand Sashidharan a été nommé par le Directeur de la Commission Internationale des Juges (CJI) comme le juge référent pour traiter mon cas avant la Cour Disciplinaire Internationale (CDI). »

« Non coupable »
« 
M. Sashidharan est la personne ayant eu à présider le cas de M. James Stewart. Maintenant que mon propre cas a été formellement identifié avec le CDI, peut-être que le processus se déroulera enfin de manière professionnelle afin que je puisse commencer à me défendre. Leur système présume de ma culpabilité et présume leur suprématie tout en entravant la défense de l’athlète en l’empêchant d’accéder aux preuves pour pouvoir s’opposer à eux. Comme je l’ai déjà dit, je n’ai jamais intentionnellement ou par négligence ingéré de substance interdite et plus précisément celle prétendument présente dans mon système le 10 février dernier. Je n’ai jamais triché, dopé ou essayé de prendre le chemin le plus court et personne autour de moi ne m’a jamais offert ou fourni une quelconque substance interdite par le code antidopage de la FIM. J’ai travaillé trop dur tout au long de ma carrière pour la mettre en jeu en prenant des raccourcis. Je ferai tout mon possible pour combattre ces allégations, laver mon honneur et poursuivre ma carrière. » En attendant le verdict final dont la date n’est pas encore connue, le bras de fer se poursuit. Tickle risque une fin de carrière brutale et n’a pas l’intention de se laisser faire. Quand le reverra-t-on en piste ? C’est une autre histoire.

Par la rédaction.

Voir plus

11 Commentaires

Articles

Mode sombre