Ken Roczen : « c’est dur à avaler »

Publié par La Rédaction le lundi 18 février 2019 à 08:35

Ken Roczen n’a pas caché sa déception au pied du podium du SX d’Arlington ou plus tard en conférence de presse. Il passe à côté de la victoire à 28 millièmes de seconde… Ca fait mal.

Ken Roczen : « Si je dois retenir quelque chose du SX d’Arlington est que j’ai réussi à me mettre dans la meilleure position pour gagner. Je n’ai pas été jusqu’au bout mais ce n’est pas grave. Il y en aura d’autres. J’ai vu Eli Tomac partir en tête, je ne voulais pas qu’il prenne de l’avance. J’ai donc décidé de tout donner pour le doubler rapidement. Ce n’était pas une piste facile. Je perdais du temps à des endroits et je ne comprenais pas pourquoi. C’est ce qui m’a coûté la victoire au final. L’arrivée est la plus serrée de l’histoire du Supercross. C’est impossible de se rapprocher plus de la victoire. J’y pense tous les week-ends et elle m’échappe encore une fois. Je veux garder le positif de cette histoire mais je suis dégoutté bien sûr même si le plus important est d’être en bonne santé. Je suis encore dans la course au titre, je prends du plaisir, je m’amuse. Je suis content car tout peut disparaitre en quelques secondes. Je sais de quoi je parle. Physiquement je n’ai pas eu de souci. Je me sentais bien. C’est juste qu’à certains endroits je perdais un temps précieux. Je sais ce qu’il me manque. Je bosse toutes les semaines pour trouver des solutions. Je pense que ça se voit le jour de la course. Je dois juste continuer à bosser comme je le fais. Ca va finir pour venir. »

Ca fait mal
« Quand j’y repense j’ai du mal à croire que j’ai perdu. C’était si serré. Avec le recul je ne sais pas ce que j’aurais pu faire d’autre. Je savais qu’il allait prendre l’intérieur, j’ai donc décidé de rester sur le haut du virage pour l’éviter. Malheureusement c’était mou, j’ai perdu de la traction et cela a suffit pour qu’il passe devant. Tout va très vite. Il faut prendre une décision en très peu de temps. C’est facile après coup de dire que c’était une erreur de ma part. C’est dur à l’avaler mais c’est ce qui me rend compétitif et aussi humain. Si je m’en foutais, faire de la compétition n’aurait aucun sens. Je vais me servir de cette 2ème place comme un carburant pour les courses à venir. Il y a des pilotes qui ont gagné des finales cette saison mais qui sont loin au classement. Je ne vais donc pas me plaindre. Le championnat est long. Je suis dans une bonne position. Je vais continuer à prendre les courses les unes après les autres. Comme je t’ai déjà dit, il suffit parfois d’une seule petite erreur et tout est à recommencer. Rien n’est joué. Loin de là. Je vais retourner au boulot. On se voit samedi prochain à Détroit. »

Propos recueillis par Stéphan Legrand

31 Commentaires

Articles

Mode sombre