Austin Forkner : « je me sens bien »

Publié par La Rédaction le samedi 21 mai 2016 à 08:30

Véritable star au sein des rangs Amateurs, Austin Forkner fait ses débuts dans le circuit pro à Hangtown. Très attendu, le pilote Kawa PC se livre à quelques heures des premiers essais.

mec_press_conference_-9

Austin Forkner : «Je me sens vraiment bien à la veille de cette ouverture de championnat. Je ne suis pas spécialement nerveux, du moins pas pour le moment. Lorsque je serai derrière la grille de départ entouré de 40 pilotes parmi les plus rapides du Monde, je serai sans doute bien plus stressé. La saison va être longue et difficile. Les premières épreuves risquent d’être fatigantes mais elles vont permettre d’ajuster les réglages et de continuer à progresser. Je travaille vraiment très dur à l’entrainement. J’enchaine les manches de 35 minutes et honnêtement, je ne pourrais pas arriver mieux préparé que je ne le suis aujourd’hui. Ça reste difficile de me fixer des objectifs car je ne sais pas trop où me situer dans l’échiquier. Après avoir roulé en Californie ces dernière semaines avec pas mal de mes futurs adversaires, j’ai une idée de la place que je risque d’occuper mais je ne veux pas me fixer un but trop élevé ou trop faible. Mon vrai objectif c’est signer de bons départs et ne pas me blesser. »

Prêt
« Le programme chargé et les courses chaque week-end, c’est excitant. J’ai hâte que la saison débute. Évidemment, ça risque d’être difficile physiquement. L’avantage du circuit Pro, c’est de pouvoir connaitre une mauvaise journée tout en compensant le week-end d’après. Dans le circuit Amateurs, les événements sont longs et durent généralement la semaine entière. Une seule mauvaise manche peut tout gâcher. Ces derniers mois, je me suis entrainé chez les Carmichael avant de revenir chez moi dans le Missouri. J’ai beaucoup roulé avec Robbie Reynard. Actuellement, je suis en Californie avec mon entraineur Clint et je vais y rester jusqu’à Thunder Valley. Je n’ai pas beaucoup fait de séances de tests. L’équipe me laisse rouler avec mon entraineur sans m’imposer d’horaires fixes. Je roule quand je le sens et comme je le décide. Ces dernières semaines, j’ai su prendre du temps pour me reposer et ne pas arriver cramé à Hangtown. »

(Communiqué de presse Monster Energy Kawasaki Pro Circuit).

Voir plus
USA

6 Commentaires

 

Articles

Mode sombre