Joly : « Une bonne vitesse »

Publié par Daryl Ramadier-Briet le mardi 19 mars 2013 à 19:57


Communiqué de presse

Belle entrée en matière pour Jérémy Joly ce week-end à Talca pour le Grand Prix du Chili, 1ère manche du Championnat du Monde d’Enduro qui en comptera sept au total. Dès le samedi, le Champion du Monde Junior 2011 s’est trouvé mêlé à la bagarre pour le podium en E1 ! Quatrième le premier jour et 6ème le dimanche, Jérémy Joly est 6ème d’un provisoire très serré et il a prouvé que le podium est à sa portée ! Il raconte son GP.

Pour ta 2e saison en senior, tu as attaqué très fort ce premier GP 2013 et dès le premier tour ! Comment analyses-tu tes résultats ?
JJ : « Je crois que le travail physique et technique entrepris cet hiver a payé de suite ! J’ai changé mes habitudes de pilotage et le résultat est là… Je suis content de ce premier GP, surtout du samedi, où j’ai occupé la 3e place jusqu’aux deux dernières spéciales de la journée, derrière deux pilotes qui cumulent quelques titres de champions du monde ! J’ai malheureusement perdu du temps dans l’enduro test et j’ai terminé en 4e position à 4 secondes du podium, une place vraiment satisfaisante… »

Au classement par spéciale, tu signes même des 2e et 3e temps le samedi…
« Oui, j’ai bien accroché le peloton de tête. La catégorie est à la fois très relevée et très ouverte. Je suis très proche de la tête et je pense avoir une bonne marge de progression. Même si le dimanche la journée a mal commencé avec 30 secondes perdues dans la grande montée de l’enduro test (qui a posé pas mal de problèmes aux pilotes), j’ai quand même pu revenir au fil des chronos aux avant-postes, avec un 3ème temps dans la dernière extrême. Et pourtant, mes adversaires étaient particulièrement remontés le dimanche ! Au final, j’ai commis assez peu d’erreurs et j’ai une bonne vitesse de pointe. »

Comment te sens-tu sur la moto et comment cela se passe-t-il dans ta nouvelle structure, le team Johansson MPE ?
« C’est aussi un motif de satisfaction pour moi. C’était ma première course avec le team et on a bien réussi à se caler. L’entente est bonne, l’ambiance à la fois très professionnelle et détendue. Tout va bien de ce côté. La moto va super bien aussi. Autant d’éléments qui participent aux résultats ! Je suis confiant pour la suite de la saison. Quand on regarde le provisoire, on voit que les écarts sont très faibles. »

Un mot sur les conditions de ce Grand Prix ?
« On a roulé essentiellement sur un terrain dur et poussiéreux et il a fallu s’adapter à la chaleur. Les spéciales étaient assez longues et l’enduro test était un peu trop aléatoire avec une grande montée piégeuse. Physiquement, c’était une épreuve dure. Mais ce que je retiendrai surtout de ce GP, c’est que j’ai eu le privilège de rouler avec Juha Salminen toute la journée. Nous partions dans la même minute et ça, c’était fabuleux. C’est un magicien qui m’a beaucoup inspiré depuis mes débuts en enduro, et rouler avec lui était assez incroyable ! Un grand merci à mes partenaires, à Michel Saint-Jean ainsi qu’à mon suiveur et Julia, mon amie, pour leur aide. »


1 Commentaire