Reprise SX US : « à quoi s’attendre ? »

Publié par La Rédaction le mardi 26 mai 2020 à 09:00

Le Championnat de Supercross US 2020 reprend à Salt Lake City dimanche 31 mai avec des règles très strictes. On a lu attentivement ce qui nous attend en Utah jusqu’au 21 juin. 

Pour pouvoir organiser les sept dernières courses du Championnat de SX US 2020, tout commence par le chiffre « 900 ». C’est le nombre total de personnes autorisées sur le site et dans les paddocks. En revanche, dans le stade, seulement 400 sont admises. C’est dire que Feld a du couper au maximum les gens nécessaires à cette reprise. Pour assister à la 1ère course dimanche 31 mai, il est obligatoire d’arriver trois jours avant pour se faire tester Covid-19. Il suffit de se rendre dans l’un des 4 hôpitaux équipés d’un service de test au volant dans sa voiture. Il est normalement « interdit » de se faire tester si les symptômes du Coronavirus ne sont pas présents. Dans ce cas-là, il faut juste préciser « Supercross ». Le test est alors effectué et financé par l’Etat de l’Utah. Les résultats sont connus en 48 heures.

Test Covid-19
Si tout est négatif, l’étape suivante est d’en apporter la preuve auprès de Feld pour récupérer son accréditation définitive. Si le test est positif, ça se complique. Il faut attendre 72h pour repasser le test. S’il est encore positif, bienvenue en Utah pour 14 jours de quarantaine et pas de… Supercross. Une fois l’accréditation en poche, le port du masque est obligatoire en toutes circonstances et la distanciation sociale de 2 mètres est de rigueur. Pour arriver au chiffre « magique » de 400 personnes dans le stade, il a fallu faire des « sacrifices ». Lesquels ? Voici le détail ci-dessous sachant que les catégories 250 et 450 ne pourront pas être présentes en même temps au même endroit.

22 pilotes
22 mécaniciens
17 team managers
15 membres d’équipes
67 techniciens pour la télévision
7 médecins Alpinestars
6 ambulanciers
23 officiels de la FIM et de l’AMA
49 employés de Feld
15 journalistes (photographes + reporters)
5 journalistes TV
20 commissaires de course
8 constructeurs de piste
124 employés du stade

Les 900 personnes autorisées sont divisées en 15 groupes (employés Feld, équipes, média, commissaires, etc.) qui ne doivent pas se mélanger entre eux. S’ils arrivent à se croiser, la distanciation de 2 mètres est obligatoire. Si quelqu’un dans un groupe est contaminé, il ne peut donc pas théoriquement refiler le virus à un autre groupe puisqu’ils n’ont pas le droit de se parler ou d’échanger. Ce n’est pas le moment de se faire des câlins. Toute infraction aux règles sanitaires est sanctionnée par une expulsion immédiate avec des poursuites légales possibles. Alors que les masques sont obligatoires pour tout le monde, les journalistes télé peuvent s’en passer au moment où ils parlent dans le micro devant la caméra (oui, oui c’est précisé dans le dossier). La température corporelle sera prise individuellement tous les jours avant d’entrer dans le périmètre. En ce qui concerne la course en elle-même, le « track-walk » disparait pour laisser la place à une « visite » en moto de trois minutes. Pas une de plus et les roues doivent rester au sol. Les mécaniciens vont devoir marcher. C’est terminé de « rouler » derrière leur pilote. Ils ne peuvent pas non plus les accompagner à la grille de départ. Deux séances d’essais libres et chronos sont prévues. La soirée se déroule alors comme d’habitude avec une manche qualificative, un course de repêchage et une finale de 15 et 20 minutes.

La soirée
Sur le podium, un seul pilote est interviewé à la fois pendant que les deux autres attendent leur tour. Il n’est pas précisé si la photo des trois finalistes est prévue. C’est fort possible si la distance sociale est respectée sans les Monster Girls. La conférence de presse n’est pas mentionnée. Il se peut qu’elle soit, elle aussi, supprimée. Quant aux interviews après course avec les pilotes l’idée semble saugrenue tellement il faut faire attention de ne pas aller d’un groupe à un autre. Bien faire son boulot de journaliste va demander d’être créatif. Une fois rentré dans l’un des 4 hôtels imposés par Feld, le sens commun ne change pas : éviter les gens que l’on ne connait pas, se laver les mains régulièrement, rester le plus possible dans sa chambre, etc. en attendant la course d’après. L’objectif est d’aller jusqu’au 21 juin sans rencontrer le Coronavirus. Sur le papier, les règles peuvent paraitre strictes mais c’est le prix à payer pour que le Supercross soit le 2ème sport (après le Nascar) à reprendre son activité aux Etats-Unis. Feld a beaucoup à perdre si cette reprise part en coquilles. Si en revanche tout se passe bien, le sport en ressortira plus grandi que jamais.

La rédaction.

27 Commentaires

Articles

Mode sombre