« Je suis chef chez Troy Lee Designs »

Publié par La Rédaction le jeudi 28 janvier 2016 à 07:56

Troy Lee est un bon vivant qui adore partager ses passions avec ses amis autour d’un bon repas. Sur les courses de SX, Tony Modica est en charge de nourrir le boss et ses invités.

web-modica-01

Avant de devenir cuisinier, Tony Modica a commencé par une « carrière » de pilote comme beaucoup de monde dans le paddock du SX US. Spécialisé dans les courses off-road telle la Baja 1000, il a eu son heure de gloire avant de raccrocher casque et gants. Le jeune passionné de tout-terrain ouvre alors un restaurant à Lakewood en Californie. Un boulot à plein temps sans horaires mais qui ne le coupe pas du milieu de la moto. De son côté, Troy Lee, influencé par son expérience automobile avec l’équipe Penske, veut décliner le concept des « hospitality » qu’on trouve dans les paddocks de Nascar ou de Formule 1. Il n’est pas question de servir du caviar aux VIPs. Il s’agit de partager sa passion et de faire de l’auvent Troy Lee Designs un lieu de rencontre convivial. Troy embauche donc Tony pour fournir de la nourriture aux pilotes, aux mécanos et à tous les invités sur les courses de la côte Ouest. On est alors en 2004, et douze ans après, l’aventure continue : « Je n’ai jamais eu la moindre plainte« , explique Tony. « Si tu te donnes à 100%, Troy te respecte. C’est un gentleman et il te laisse toute liberté pour faire les choses au mieux. » Après une semaine souvent chargée dans son restaurant, Tony commence son samedi à 6h du mat.

Royal au bar
Sur une journée de course, Tony et son équipe suivent un programme précis. Après avoir fourni un repas à l’équipe technique, ils préparent un petit déjeuner pour les pilotes et deux repas chauds pour les « invités ». « On est devenus célèbres dans les pits pour nos tacos et nos burritos mais aussi pour nos pâtes italiennes » dit fièrement Tony. Les quantités servies sont impressionnantes. Si le menu est mexicain, pas moins de 35 kilos de viande sont servis soit l’équivalent de 1 200 tacos. Lorsque Tony choisit de cuisiner italien, 75 kilos de pâtes sont cuits. « Il ne reste jamais rien, dit-il. C’est la preuve qu’on doit faire quelque chose de bien. » Les pilotes eux-même apprécient et se régalent des menus proposés quoi qu’en pensent les entraîneurs. « Je regrette le départ de Cole Seely » avoue Modica. « C’était un bon gars et je suis un fan de la 1ère heure. Jessy Nelson est sympa aussi et va faire une belle carrière ». A peine le dernier repas servi, Tony s’empresse de remballer sa popote pour aller dans les gradins à temps pour voir les feux d’artifices de la cérémonie d’ouverture. Pendant son jour de congé, il emprunte une Honda de Troy Lee pour reconnaître les parcours de la Baja à laquelle il participe désormais sur quatre roues. La passion de l’off-road, c’est comme les pâtes italiennes, lorsque l’on y goûte, tout le reste parait fade…

Par la rédaction USA

web-modica-04

web-modica-03

web-modica-05

10 Commentaires

Articles

Mode sombre