« Il était une fois le SX US » (JMB)

Publié par La Rédaction le lundi 13 avril 2020 à 15:00

Jean-Michel Bayle est le seul pilote français à avoir gagné un titre SX US dans la catégorie reine en 1991. C’est le chapitre 11 du livre « Il était une fois le Supercross américain ». 

Dans les années 90, les américains pensent être les meilleurs pilotes de Supercross du monde. A juste titre d’ailleurs puisque la discipline est née en Californie et qu’ils se sont entrainés pendant des années comme des monstres pour maitriser ce sport à la perfection. Jusqu’au jour où débarque de Manosque un minot de 21 ans pour leur donner une leçon. La légende Jean-Michel Bayle est en marche. Après avoir fait ses classes en France puis en Championnat du Monde où il remporte coup sur coup les titres suprêmes 125 et 250 cm3 (1988 et 1989), il est temps de passer à autre chose. « La vraie reconnaissance était d’aller rouler aux Etats-Unis, dit Jean-Michel. A l’époque, les européens se faisaient bousculer par les américains. J’avais envie de leur montrer qu’on pouvait faire aussi bien qu’eux. ». Avant de se lancer dans le grand bain, Bayle décide de partir quasiment seul à l’aventure : « J’ai disputé mon 1er Supercross en tant que pilote privé alors qu’en Championnat du Monde j’avais un statut officiel, se souvient t-il. J’ai trouvé un peu d’aide auprès de Roger DeCoster, responsable de l’équipe American Honda. Il a été le déclencheur. Grâce à lui, j’ai commencé à participer à quelques courses même si Honda ne m’aidait pas officiellement ». Lorsqu’il revient aux Etats-Unis pour de bon en 1989, ses débuts sont chaotiques mais le jeune Provençal fait preuve d’une extraordinaire volonté. Il ne lâche rien. « Je ne gagnais pas au début, l’accueil était bon, se souvient JMB comme l’appellent les américains. Ca faisait exotique d’avoir un français dans la course. Après une ou deux victoires, ils trouvaient ça sympa mais lorsque j’ai commencé à mener le championnat, c’est devenu plus difficile. Cela ne m’a pas affecté personnellement. Cela a juste conforté ma motivation et mon envie de gagner ».

Deux ans pour réussir
Rien n’est facile pour le français mais il réussit à décrocher un contrat chez American Honda. C’est le début d’une consécration qui ne demande qu’à exprimer. En 1990 il manque le titre SX de sept points face à Jeff Stanton alors qu’il était au-dessus du lot. « Les pilotes américains sont hyper préparés et beaucoup plus agressifs qu’en Europe, dit Bayle. Physiquement il faut éviter tout problème car c’est vraiment violent. » Installé dans une petite maison à côté de la plage à Redondo Beach au sud de Los Angeles, Jean-Michel essaie de s’adapter comme il peut à la vie américaine. La France lui manque : « Les américains sont gentils mais ils sont superficiels. Au début c’est sympa mais je n’ai pas l’intention de rester en Californie. Je me suis toujours donné deux ans pour gagner. Après je pourrais repartir et faire autre chose. » L’année 1991 est finalement celle de tous les exploits. Le « Kid de Manosque » décroche le gros lot en s’emparant du titre suprême sur le terrain de « chasse » des américains. Il s’offre le trophée le plus convoité, le plus prestigieux, le plus richement doté, le plus glamour qui soit en devenant champion Supercross 250 cm3 (la catégorie reine à l’époque). En plus de ça, il se paie le luxe de devenir la même année Champion Motocross en 250 et 500 cm3. Les règles ont changé mais personne n’a été capable de rééditer cet exploit depuis. C’était pourtant il y a plus d’un quart de siècle. Il est encore à ce jour le seul français à s’être imposé face aux américains dans la catégorie « reine » en SX US…

Par Stéphan Legrand (avec les Editions Hachette – photos Paul Buckley/S. Legrand).

Palmarès Jean-Michel Bayle

Pilote français né le 01/04/69 à Manosque (France)
1 titre en SX (1991)
16 victoires SX

26 Commentaires

Articles

Mode sombre