« Il était une fois le SX US » (JMB)

Publié par La Rédaction le lundi 13 avril 2020 à 15:00


Jean-Michel Bayle est le seul pilote français à avoir gagné un titre SX US dans la catégorie reine en 1991. C’est le chapitre 11 du livre « Il était une fois le Supercross américain ». 

Dans les années 90, les américains pensent être les meilleurs pilotes de Supercross du monde. A juste titre d’ailleurs puisque la discipline est née en Californie et qu’ils se sont entrainés pendant des années comme des monstres pour maitriser ce sport à la perfection. Jusqu’au jour où débarque de Manosque un minot de 21 ans pour leur donner une leçon. La légende Jean-Michel Bayle est en marche. Après avoir fait ses classes en France puis en Championnat du Monde où il remporte coup sur coup les titres suprêmes 125 et 250 cm3 (1988 et 1989), il est temps de passer à autre chose. « La vraie reconnaissance était d’aller rouler aux Etats-Unis, dit Jean-Michel. A l’époque, les européens se faisaient bousculer par les américains. J’avais envie de leur montrer qu’on pouvait faire aussi bien qu’eux. ». Avant de se lancer dans le grand bain, Bayle décide de partir quasiment seul à l’aventure : « J’ai disputé mon 1er Supercross en tant que pilote privé alors qu’en Championnat du Monde j’avais un statut officiel, se souvient t-il. J’ai trouvé un peu d’aide auprès de Roger DeCoster, responsable de l’équipe American Honda. Il a été le déclencheur. Grâce à lui, j’ai commencé à participer à quelques courses même si Honda ne m’aidait pas officiellement ». Lorsqu’il revient aux Etats-Unis pour de bon en 1989, ses débuts sont chaotiques mais le jeune Provençal fait preuve d’une extraordinaire volonté. Il ne lâche rien. « Je ne gagnais pas au début, l’accueil était bon, se souvient JMB comme l’appellent les américains. Ca faisait exotique d’avoir un français dans la course. Après une ou deux victoires, ils trouvaient ça sympa mais lorsque j’ai commencé à mener le championnat, c’est devenu plus difficile. Cela ne m’a pas affecté personnellement. Cela a juste conforté ma motivation et mon envie de gagner ».

Deux ans pour réussir
Rien n’est facile pour le français mais il réussit à décrocher un contrat chez American Honda. C’est le début d’une consécration qui ne demande qu’à exprimer. En 1990 il manque le titre SX de sept points face à Jeff Stanton alors qu’il était au-dessus du lot. « Les pilotes américains sont hyper préparés et beaucoup plus agressifs qu’en Europe, dit Bayle. Physiquement il faut éviter tout problème car c’est vraiment violent. » Installé dans une petite maison à côté de la plage à Redondo Beach au sud de Los Angeles, Jean-Michel essaie de s’adapter comme il peut à la vie américaine. La France lui manque : « Les américains sont gentils mais ils sont superficiels. Au début c’est sympa mais je n’ai pas l’intention de rester en Californie. Je me suis toujours donné deux ans pour gagner. Après je pourrais repartir et faire autre chose. » L’année 1991 est finalement celle de tous les exploits. Le « Kid de Manosque » décroche le gros lot en s’emparant du titre suprême sur le terrain de « chasse » des américains. Il s’offre le trophée le plus convoité, le plus prestigieux, le plus richement doté, le plus glamour qui soit en devenant champion Supercross 250 cm3 (la catégorie reine à l’époque). En plus de ça, il se paie le luxe de devenir la même année Champion Motocross en 250 et 500 cm3. Les règles ont changé mais personne n’a été capable de rééditer cet exploit depuis. C’était pourtant il y a plus d’un quart de siècle. Il est encore à ce jour le seul français à s’être imposé face aux américains dans la catégorie « reine » en SX US…

Par Stéphan Legrand (avec les Editions Hachette – photos Paul Buckley/S. Legrand).

Palmarès Jean-Michel Bayle

Pilote français né le 01/04/69 à Manosque (France)
1 titre en SX (1991)
16 victoires SX


26 Commentaires



    • ST ( Posté via l'application )

      Ça c’est VRAI

  1. mx-rony 29 ( Posté via l'application )

    Je suis fan de jmb vu a bercy 1991 , un grznd respecte le pilotage bayle 💪👍✌

    Répondre
  2. macdoy ( Posté via l'application )

    Un être à part et rare, tj un defi qq part et une bonne personne

    Répondre
  3. Dadol

    Prestance, charisme, désinvolture, fluidité (smoothy comme disaient de lui les ricains).. pour moi le plus grand pilote de tous les temps..

    Répondre
  4. ol'yv

    L’homme sans qui bon nombre de français n’auraient pas accroché ce sport .

    Répondre
    • ROLL ( Posté via l'application )

      Il a effectivement declanché un phénomène de masse dans ce sport qui est devenu très populaire … Jusqu’à l’arrivée du 4T

  5. Romane

    Il m’a tant inspiré quand j’étais enfant , je faisait tout pour avoir le même N° que lui que je n’ai jamais eu car d’autres meilleurs que moi avait la primeur …
    Quelqu’un sait si il se soigne bien du Covid-19 ?
    Il me fait penser à Everts qui est le JMB Belge en plus titré , moins polyvalent , certes mais tt de même 10* champion .
    Bon courage à ces 2 champions pour leurs maladies respectives …

    Répondre
    • SonUvaDigger

      Oui, il est guéri. Mais la team lebig a supprimé le lien d’un autre site que j’avais transmis.

    • alexr650xr ( Posté via l'application )

      Merci mille fois d’avoir pu revoir cette course, je me souviens quand j’étais petit, 😁😁😁, j’avais vu le résumé de 2 minutes sur auto moto tf1 le dimanche matin. (Et oui a l’époque, on avait que ça pour voir du sx us ).

  6. Kevmx67 ( Posté via l'application )

    Question bête mais comment ça marché à l’époque pour rouler dans deux catégories la même année ?

    Répondre
    • Raffmx ( Posté via l'application )

      Les courses 250 et 500 en MX n’avaient pas lieu le même jour, justement parce que la plupart des pilotes convoitaient les deux titres. Les 2 championnats étaient courts, approximativement 6 courses de mémoire 😉

    • Max Gaborit ( Posté via l'application )

      Exactement
      En principe le debut de saison etait en 250 et la fin en 500!! Toujours accompagné des 125

    • Kevmx67 ( Posté via l'application )

      Okay, merci pour ces precisions. 👍🏻

  7. pif le chien

    Ce qu’il y avait de top pendant la carrière JMB, c’est que les fans n’étaient jamais déçus. Du 80cm3 au triplé us, sa carrière est une presque parfaite courbe ascendante, exceptés le titre CF junior (mais je crois qu’il s’en passera :D ) , et le 125 outdoor face à Kiedro. Même pendant ses premiers sx US ou ils s’est pris de grosses pelles, on sentait la progression et qu’il allait se passer quelque chose ….

    Répondre
    • PROLINK

      Pour ce qui est du 125 outdoor de 1990, JMB était en tête du championnat et aurait probablement gagné aussi ce titre mais il s’est cassé la clavicule à la mi-saison et c’est Guy Cooper qui a remporté le titre.
      La 1ère fois que j’ai vu rouler JMB , c’était en 1983 à Garos dans les pyrénées-atlantique. Il avait 14 ans et roulait sur un 80 KX. Il s’était aligné sur une course toute catégorie ( 80-125-250-500). Au départ, un mec avec un 500 CR avait fait le holeshot et occupait la tête de la course presque ………jusqu’à la fin. JMB avec son petit 80 était parti dernier. Et c’est là que la magie a commençé à opérer, il doublait 3 ou 4 mecs par tour, au point de figurer à la seconde place dans la roue du 500 CR qu’il doubla dans le dernier tour pour remporter la victoire!!!!! On a compris à ce moment là, même si ce n’était qu’une course régionale, qu’on avait à faire à un phénomène!!!!. Je l’ai revu ensuite à Arbis en 1987 lors de sa première victoire de manche en mondial 125, puis ensuite à BERCY en 90-91 lorsqu’il s’arsouillait avec Bradshaw et Stanton et au supercross du parc des princes en 93 ( victoire du Mac!)
      J’ai toujours regretté qu’il n’ait pas continué le SX/MX après 92, malgré l’émergence du Mac, Je pense qu’il aurait eu un palmarès encore plus énorme que ce soit en restant aux US ou en retournant en mondial.
      Il est pour moi la légende absolue du motocross français et mondial même si je souhaite un jour qu’un français ( par exemple Dylan) puisse faire aussi bien que lui en remportant un championnat SX 450

  8. Piedthym ( Posté via l'application )

    Qu’on aime ou non le personnage, ce qu’il a fait reste unique !!!!
    Champion du monde 125/250 puis aller chercher les titres sx et outdoor, qui aujourd’hui peut le faire ????
    Il faut que Marvin gagne le SX et MX puis revienne en GP gagner en 450 ? Ou que Gasjer parte aux US et gagne en SX et MX ? Ou que Tomac gagne un titre SX puis ose venir gagner un titre en GP ?

    Tout ça pour dire que les pilotes qui peuvent viser un titre dans chacun des championnats les plus prestigieux se compte sur les doigts de la main, le faire est juste énorme. C’est sur les multiples champions du monde en GP ou Multiples champions MX Ou SX il y en a plusieurs (the GOAT ou Everts, ou Cairoli ou Le Mac sont des monstres) mais être capable de gagner en GP, en MX US et en SX Ça veut dire se remettre en question après un titre en changeant complètement son style de vie, d’entraînement, de technique, d’effort annuel, de terrains, des repères….etc.

    Chapeau !!!!

    Répondre
    • mxsxfan

      Exact oui un seul titre dans chaque catégorie mais il a gagné des 2 côtés de l’Atlantique et sur toutes les cylindrées. Et ça je pense que c’est autrement plus difficile que d empiler les titres dans un seul et unique championnat.

  9. mxsxfan

    Sans oublier qu’une fois sa carrière finie il est partie en gp en vitesse !!!
    C’est comme si Gajser qui a enchaîné les titres mondiaux mx2 et mxgp venait aux us, faisait le doublé sx et outdoor puis partait rouler en moto gp face à Marquez et Quartararo quelques années après !!

    Répondre
    • mxsxfan

      @sonuvadigger oui oui JMB a bien roulé en GP de vitesse une fois sa carrière en cross terminé ! Certes sans rencontrer le même succès qu’en MX mais qui pourrait faire la même chose aujourd’hui ?

  10. MADDAMON

    Oui absolument ! Pas de victoire mais 1 pôle en gp 500!!!!
    Le pilote qui a donné à tous l’envie de moderniser son propre pilotage et de rouler sur 1 CR 250 👍

    Répondre