Paulin : la fin d’une brillante carrière

Publié par La Rédaction le vendredi 13 novembre 2020 à 12:21

Une page de l’histoire du motocross français se tourne avec le départ à la retraite de Gautier Paulin. C’est la fin d’une carrière brillante pour un de nos meilleurs représentants tricolores.

Gautier Paulin prend tout le monde de court ou presque lorsqu’il annonce le 29 octobre dernier prendre sa retraite de pilote professionnel. Du haut de ses 30 ans, le sudiste est l’un de nos meilleurs représentants tricolores en catégorie MXGP. Toujours capable de remporter des manches, des GP, si ce n’est se battre pour la couronne mondiale, Gautier est aussi le capitaine de l’équipe de France depuis plusieurs saisons au MX des Nations. Seulement voilà, GP21 est prêt à tourner la page et ouvrir un nouveau chapitre de sa vie. «C’est avec une grande émotion que je mets un terme à ma carrière. J’ai dédié toute ma vie à mon sport, cela a fait de moi l’homme que je suis aujourd’hui. » Évoluant au plus haut niveau du motocross mondial depuis plus d’une décennie, c’est par le vélo et plus particulièrement le BMX qu’il commence sa carrière de sportif. Alors qu’il gravit tous les échelons, il passe officiel Sunn et devient champion du Monde à l’âge de 10 ans. L’histoire est en marche mais très vite, elle connaît un tournant. Gautier ne se passionne pas uniquement pour le vélo. Il est aussi féru de moto et ne tarde pas à briller dans la discipline au guidon d’un 85 cm3. Son parcours n’a rien de classique par rapport au reste de ses adversaires mais ce n’est pas un handicap. Au contraire, il se hisse très vite sur les podiums des championnats de France.

Le chapitre 250
En 2007, il obtient le 1er titre majeur de sa carrière MX en remportant celui de champion d’Europe 250 au sein de l’équipe Honda Martin. C’est sa 1ère saison en tant que pilote pro et le début d’une longue ascension. Malheureusement, l’année d’après, le français connaît un coup dur lorsqu’il se fracture d’abord la clavicule puis le tibia péroné. Sa saison 2008 chez Kawasaki Molson est un échec sans compter que l’équipe met la clé sous la porte en fin d’année. Il faut rebondir. Il trouve refuge chez Bud Racing en 2009, faisant du même coup ses « vrais » débuts en mondial MX2. Alors que personne ne l’attend vraiment, le succès ne se fait pas attendre. Il remporte la 1ère manche de la saison en Italie. Alternant ensuite l’excellent mais aussi le moins bon, il termine sur la 3ème marche du podium au classement général sans oublier la manche qu’il gagne au MX des Nations cette même année devant une bonne partie du gratin mondial. Le bilan est plus que bon. En 2010 cette fois, Gautier débarque dans l’équipe Yamaha Monster Energy où il termine 10ème du championnat après s’être blessé en début d’année. Il participe également aux 4 premières épreuves du SX US avec le soutien de Yamaha Star Racing. Une 12ème place à Phoenix est son meilleur résultat. En 2011, au sein de la même équipe, il finit 4ème de sa dernière saison en Mondial MX2. Après ça, il est temps d’ouvrir un nouveau chapitre en MXGP.

Gautier fait ses débuts en 450 au sein de l’équipe Kawasaki officielle en 2012. Il y reste 3 saisons au terme desquelles il termine successivement 3ème, 5ème puis 8ème. L’année 2014 lui laisse un goût amer. Il décroche le plus de victoires de manches mais il reste sur le carreau de nombreux mois en raison d’une sérieuse blessure au pouce. Heureusement, si la saison ne s’est pas déroulée comme il l’avait imaginé, elle se termine de la plus belle des manières. Aux côtés de Dylan Ferrandis et de Steven Frossard, vainqueur de ses deux manches, le Capitaine offre à la France la victoire du Motocross des Nations, la 1ère depuis celle obtenue en 2001 par le trio Demaria, Seguy et Vuillemin. C’est aussi et surtout le début d’une longue série pour nos tricolores. En 2015, Gautier troque le vert Kawa contre le rouge Honda. Cette 1ère saison se révèle comme sa meilleure en terme de résultat final. Vice-champion du Monde MXGP derrière Romain Febvre, vainqueur pour la 2ème année consécutive du MXDN, il continue de gravir les échelons. Hélas, les saisons se suivent et ne se ressemblent pas. L’année 2016 est bien plus compliquée. Malgré une 3ème étoile qu’il décroche aux Nations aux côtés de Febvre et Paturel, il vit des mois difficiles au sein d’une équipe dans laquelle il ne se sent plus franchement à son aise. Après plusieurs épreuves sur la touche, il termine 13ème seulement du Mondial. Il est temps de rebondir et de changer de crémerie.

La suite
Il dispute alors les saisons 2017 et 2018 au guidon d’une Husqvarna. Outre deux succès de plus aux Nations, à Matterley Basin puis à RedBud, Gautier termine successivement 3ème puis 5ème. Pilier de la catégorie, il devient plus difficile pour le français de décrocher des victoires de manches. En 2019, retour chez les bleus lorsqu’il rejoint l’équipe Yamaha Wilvo à laquelle il offre la 4ème place du classement final. Devenue équipe officielle Monster Energy Yamaha Factory en 2020, le numéro 21 dispute avec elle sa dernière saison en tant que pilote professionnel. Après tant de chemin parcouru, sa 5ème place scelle sa carrière de sportif de haut niveau. Sans avoir réussi l’exploit de devenir champion du Monde mais après avoir passé tant d’années à flirter avec les sommets, l’heure est venue pour le jeune papa de raccrocher définitivement ses bottes. Son pilotage, sa classe, son mordant, on se souviendra de Gautier Paulin à bien des égards. On s’en souviendra surtout comme d’un pilote capable de se surpasser une fois le maillot national sur ses épaules. « Capitaine » de l’équipe de France, il détient non seulement le record de participations au Motocross des Nations mais aussi le record de victoires. Il a marqué à tout jamais l’histoire du motocross tricolore. Sur Instagram, les pilotes se pressent pour commenter l’annonce de sa retraite : Ken Roczen, Chad Reed, Max Anstie, Tim Gajser, Justin Barcia, Adam Cianciarulo, etc. mais aussi Fabio Quartararo, Marc Marquez ou encore Loic Bruni sans oublier la FFM qui lui doit beaucoup. La liste est bien trop longue pour tous les citer. Son absence laisse déjà un vide dans le cœur de ses plus fervents admirateurs. « Woowww!! PODIUM pour mon 200ème Grand Prix ? Je quitte la compétition par la grande porte. Je ne pouvais pas rêver mieux : 30 ans, au top de ma forme et fier de mon parcours. » Effectivement, il y a de quoi être fier. C’est beau. Bravo. A bientôt Champion.

Par la rédaction (merci 100% pour les photos).

31 Commentaires

Articles

Mode sombre