Dans l’objectif de Takuro (part 1)

Publié par La rédaction le mercredi 6 février 2013 à 07:55


Takuro est une figure du motocross mondial. Photographe émérite salué par un Prix en 2011, le japonais s’est livré sans détour sur sa profession.

takuro

Avec ses deux boîtiers Nikon D3S fermement armés à la ceinture, Takuro Nagami déambule dans les pits d’Anaheim à la recherche de scènes atypiques. Discrèt, le regard alerte, Takuro est l’opposé du stéréotype japonais toujours scotché à son appareil photo tel un touriste de base : “Lorsque j’appuie sur le déclencheur, il s’agit d’un acte mûrement réfléchi, explique-t-il. Il faut que je fasse absolument passer un sentiment dans mes clichés. C’est comme ça que je me différencie des autres photographes.”

Sur le tas
Né à Osaka au Japon, ce trentenaire au visage d’adolescent a appris la photographie en autodidacte il y a douze ans déjà : “J’ai débuté en développant mes négatifs, sourit-il. J’ai également beaucoup lu et pratiqué. L’inspiration m’est venu de Toshimitsu Sato, une légende de la photographie de MX. » Amoureux de la discipline, Takuro se déplace sur de nombreuses courses en simple spectateur avant de se lancer pour de bon : « Pendant 7 ans, j’ai assisté un journaliste japonais spécialisé dans la moto, se souvient-il. Je prenais des photos mais ça ressemblait plus à de l’amateurisme. J’ai pris les choses en main en 2008 lorsque je suis devenu « freelance ». En 2009 je photographie mon 1er GP à Faenza. »

Tout jeune mais un des grands photographes japonais. © LeBigUSA.com

Tout jeune mais un des grands photographes japonais. © LeBigUSA.com

Takuro découvre alors un univers fascinant où tout le monde évolue en parfaite harmonie : « Je pense que je suis un voyageur qui s’est découvert, dit-il. J’aime me mélanger à d’autres cultures. Le monde des GPs est le meilleur endroit pour ça. Nous sommes une grande famille même si c’est la guerre en fin de championnat lorsqu’un pilote est titré (rires). Entre journalistes et photographes, ils nous arrivent souvent de faire des barbecues ou des soirées bières. »

De ce côté de l’Atlantique
Actuellement aux USA pour un pèlerinage qu’il s’autorise depuis 2010, Takuro est certainement l’une des personnes les mieux placées pour comparer les deux mondes : « Les américains sont très accueillants, commente le photographe Japonais. Je trouve cependant qu’en Europe l’atmosphère est beaucoup plus familière. Le SX est plus professionnel et aseptisé. Parfois je me sens inconfortable mais je respecte cette approche. Pour interviewer les pilotes, je trouve que c’est aussi délicat sur les deux championnats. »

(La suite dès demain dans nos colonnes.)

Par Benjamin D’introne


6 Commentaires



  1. nicson

    Le digne héritier de Sato San ? Sato, c’est mon pote, il parcourait l’Europe avec sa poulette, « pocket woman » dans leur combi VW en mode camping car roots et faisait des photos très personnelles. Les mags japonais ont toujours aimé les photos un peu décalées, avec des lumières et des angles peu ordinaires, le tout superbement imprimé sur du papier de qualité. Un excellent photographe doublé d’une belle personne.

    Répondre
  2. thierno

    exact un très bon photographe que j’ai eu l’occasion de rencontrer l’année dernière du coté de Lierop !

    Répondre
  3. foxy

    c’est un photographe performant discret ,et qui respecte le travaille et les contrats de ses collègues .digne successeur de Sato .
    que du bonheur de travailler avec des gens d’une tel gentillessse.

    Répondre